Académie

Accueil > S’informer > Lu, vu, entendu > Expositions, conférences... > Cinquième Rendez-vous des Lettres 2014

Cinquième Rendez-vous des Lettres 2014

Les métamorphoses de la parole à l’heure du numérique

Le cinquième Rendez-vous des Lettres explore les nouvelles transformations de la parole qu’induit le numérique. Cette manifestation propose, chaque année, trois jours de réflexion autour d’une question centrale pour l’École : celle de l’avenir de l’écrit, du livre et de la lecture à l’heure du numérique.

On part d’un constat : l’enseignement de l’oral est encore trop peu développé à l’école. Si les élèves n’arrivent pas à l’école sans quelque maîtrise de la parole, celle-ci est à enrichir avant même qu’ils n’accèdent à l’écrit. Le recours au numérique peut sans doute faciliter l’enseignement de l’oral et donner aux élèves plus d’assurance dans les échanges sociaux, mais aussi les engager dans une relation plus personnelle aux textes littéraires, par des voies qui ne sont pas obligatoirement celles de l’analyse et du commentaire.

Parmi les nombreuses questions soulevées durant ces trois jours, nous pouvons en souligner quelques-unes :

- Olivier Barbarant, inspecteur général de l’Éducation nationale : « Lire une œuvre, n’est-ce pas tenter de retrouver une parole et une voix dans l’écrit ? Qu’est-ce qui, dans l’écriture, porte cette parole ? »

- Jean Bellorini, dramaturge et metteur en scène : « Comment le théâtre peut-il dégeler les paroles ? De la lecture silencieuse à la parole mise en voix et mise en espace. »

- Renaud Ferreira, inspecteur général de l’Éducation nationale : « Dans la conversation, qui est – ou fut – un art, le charme doit beaucoup à la présence musicale de la voix. […] A l’heure de la dématérialisation numérique, qu’en est-il de cette dimension corporelle ? Qu’en est-il même de l’expression d’une parole publique, qui se forme et se joue sur des forums qui n’existent plus que sur le réseau ? Les échanges privés, mais aussi l’expression des opinions sur la toile passent par une forme de l’écrit – une parole qui s’écrit mais ne se différencie plus guère de l’oral des échanges courant.
Quels genres et quelles formes de l’oral l’école peut-elle cultiver, et avec quels outils, pour maintenir une certaine diversité de la parole ? »

- Anne Vibert, inspectrice générale de l’Education nationale : « L’oral reste dans l’école un objet introuvable, présent à la fois partout et nulle part. Sa place est constamment réaffirmée dans les programmes mais on ne parvient pas à en construire un véritable enseignement, ni à définir une progression dans les acquisitions. La prise de parole étant toujours liée à une situation, l’enseignement de l’oral relève à la fois d’une approche linguistique et pragmatique. […]
Y a-t-il une grammaire de l’oral et doit-elle s’enseigner ? Langue écrite et langue orale ne doivent-elles pas se concevoir dans l’école comme relevant d’un continuum qui permet de passer des échanges courants à un oral scriptural ? Quel profit peut-on tirer, dans l’enseignement de la langue maternelle, de l’enseignement de l’oral dans les langues vivantes et en français langue étrangère ? »

Retrouvez le programme détaillé

Les actes du colloque mis en ligne quotidiennement sur Eduscol

SPIP | Se connecter | Dane | Mentions légales | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Site Lettres-Histoire de l'académie de Versailles
Directeur de publication : M. Daniel Filâtre, recteur de l'académie - Responsable de la rédaction : M. Bruno Girard, IEN Lettres
Webmestre : Kevin Zanotti